Notes du général de Barescut écrites le 29 août 1918

Le matin je vais voir les officiers des différents corps : 94e régiment – 332e régiment; 8e et 16e BCP, 61e RAC … Je trouve des officiers jeunes, pleins d’entrain, se présentant bien, des lignes stylées. A chaque réunion je fais un petit speech. Je me fais présenter individuellement les officiers et je serre la main à chacun.

Rentré au Q.G., je vois les officiers que je n’aurais pas encore vus. Les ordres de faire entrer la DI en secteur arrivent – pour la nuit du 30 au 31 et du 31 au 1er.
Je prends mon commandement le 1er à midi à Lay-Saint-Christophe – secteur calme qu’il s’agit d’organiser à peu près au complet. Ce soir avec mon chef d’état-major, je dîne chez Passaga.

Le matin j’avais déjeuné avec le colonel Anglade, commandant l’artillerie du 16e CA dont le général Deville va prendre le commandement.

Notes du 2 septembre 1918

Je pars ce matin avec les chefs de corps pour me donner une idée des secteurs. Vu PC Rochette, PC Coupole de la DI en cas d’attaque – Vu tous les observatoires de Rochette ; il y en a 5 dont pas un pour la DI ; question à régler, j’en parlerai à Passaga. D’un PC Rochette, on a une vue remarquable sur tout le secteur.

En rentrant, vu le colonel Dedieu-Anglade qui déjeune avec nous. Le général Barbier commandant l’artillerie de la VIIIe armée doit venir ce soir. Le général de Castelnau me téléphone qu’il m’attend après-demain. J’irai lui demander à déjeuner. Ce soir nous avons une représentation théâtrale par le théâtre aux armées.

Notes du 4 septembre 1918

Hier matin nous avons été en secteur, voir les observatoires de la cote 344 et au Mont Saint-Jean. Rentré à 10h – reparti en auto avec mon chef d’état-major pour aller à Maxéville. Déjeuner chez le général Deville, commandant du 16e CA, toujours très aimable. Le 16e CA quitte la région aujourd’hui.
En revenant, je monte à cheval pour aller passer l’inspection du 2e escadron du 20e régiment de chasseurs. J’ai remis une dizaine de croix de guerre (DI, brigade, régiment) puis l’escadron a défilé devant moi au galop. Je montais « messager » très ardent.

A mon retour, je trouve le général Passaga avec lequel je cause un moment – toujours bouillonnant d’idées mais vraiment grand chef et porté sans cesse et à juste titre à maintenir et à élever encore disponible le moral des hommes.

Ce matin, vu avec mon chef d’état-major le secteur de la DI des observatoires d’armée. C’est formidable de fils de fer, d’abris, de souterrains … etc.

Je rentre à 10h en passant par Moulins où je trouve le colonel Boyé commandant l’ID42 – réglé certaines questions. Je n’ai pas encore vu tomber un coup de canon dans le secteur – Et cependant méfions-nous.

Le soir à soir à 13h30, avec le lieutenant-colonel Faure, je vais voir le groupement d’artillerie Caffin, qui appuie le 94e RI. Je vois les batteries, je me fais présenter les officiers, les sous-officiers, les hommes.